.
.
.
.
.
.
.

SDLP : Service de la protection


Le Service de la protection (SDLP) est un service de la Police nationale française chargé de missions de protection rapprochée et d'accompagnement de sécurité au profit des dirigeants ou ex-dirigeants de la République française, de ses hôtes étrangers ou bien encore de personnes spécialement menacées. Le Service met également en œuvre les mesures nécessaires à l'organisation matérielle et à la sécurité des visites officielles en France et à l'étranger. Il assure la surveillance et la protection des bâtiments et emprises de l'administration centrale du ministère de l'Intérieur.

Organisation

Le service emploie 1 350 policiers ; il est basé à Paris, rue de Miromesnil, non loin du Ministère de l'intérieur et du Palais de l'Élysée. Il dispose également d'une antenne permanente à Strasbourg, où siègent plusieurs institutions européennes dont le Parlement européen, ainsi qu'en Corse. Ses membres sont recrutés sur concours interne, après trois années de service minimum au sein de la Police nationale, et, après une période de formation, occupent leurs fonctions pour une durée, renouvelable, de 5 ans.

Le service, comprend :

. Etat-major, composé de 4 unités :

- unité de liaison et de commandement opérationnel
- unité technique
- unité appui et formation : qui comprend le Groupe d'Appui des Hautes Personnalités (GAHP)
- unité des études de sûreté

. Groupe de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR)

. Sous-direction de la Protection des personnes (SDPP), au sein de laquelle figurent notamment :
. Division des missions permanentes
. Sécurité des personnalités gouvernementales :
- Groupe de Sécurité du Premier ministre (GSPM)
- Groupe de Sécurité du ministre de l'Intérieur (GSMI)
- Groupe de Sécurité du ministre de la Défense (GSMD)
- Groupe de Sécurité du ministre des Affaires étrangères (GSMAE)
- l'équipe de Sécurité du ministère de la Justice
. Sécurité des personnalités institutionnelles : présidents de l'Assemblée nationale, du Sénat.
. Sécurité des personnalités civiles

. Division des missions temporaires
- antenne Corse
- antenne de Strasbourg

. Sous-Direction de la Sûreté (SDS);
- Bureau badges / sécurité
- Bureau sécurité intérieur
- Unité opérationnelle de la sûreté

. Sous-direction des Ressources et des moyens mobiles (SDRMM)
- division des moyens mobiles
- division des ressources

- Le Service de sécurité du ministère de l'Intérieur (SSMI)
- Le Service central automobile (SCA)

Recrutement

Les fonctionnaires actifs de police du corps de commandement et du corps d'encadrement et d'application, titulaires depuis trois ans, affectés à la sous-direction de la protection des personnes, peuvent être chargés, pour les fonctionnaires du corps de commandement, de missions de protection rapprochée, et, pour les membres du corps d'encadrement et d'application, de missions de protection rapprochée ou d'accompagnement de sécurité générale après avoir été déclarés médicalement aptes par l'administration aux missions exercées par la sous-direction, avoir réussi les épreuves de sélection et avoir satisfait à l'obligation de formation spécialisée. Les fonctionnaires de police mentionnés au précédent alinéa peuvent être chargés de missions de protection des personnes pendant une durée de cinq ans. Ces affectations peuvent être renouvelées par période quinquennale si ces fonctionnaires sont toujours médicalement aptes à l'exercice de leurs missions et s'ils ont passé avec succès les épreuves de contrôle de l'aptitude professionnelle. Ils sont tenus de suivre les stages de spécialisation dispensés dès leur affectation à la sous-direction de la protection des personnes, la formation continue et les séances d'entraînement individuel et collectif.

Les épreuves et les modalités sont définies par une instruction du directeur général de la police nationale prise sur proposition du chef du service de la protection, comprennent :

- des épreuves psychotechniques ;
- des entretiens individuels ;
- des épreuves physiques : course à pieds, natation, combat, self-défense.
- des épreuves de tir ;
- des épreuves de conduite ;
- une évaluation des connaissances professionnelles.

Histoire

Après l'assassinat du roi Alexandre Ier et de Louis Barthou à Marseille, en 1934, est créé le « service des voyages officiels et de la sécurité des hautes personnalités » (SVOSHP), abrégé dans le langage policier en « Voyages Officiels » ou « VO ». Un décret signé par le président de la République Gaston Doumergue le 14 décembre 1929 prévoyait déjà l'organisation de ce service. L'assassinat du roi accélère sa mise en place par une instruction interministérielle du 1er mars 1935.

Pendant la Seconde Guerre mondiale :

la protection du maréchal Philippe Pétain est assurée par la garde personnelle du chef de l'État qui comprend un peloton motocycliste, qui devient en 1944 la Section Motocycliste d’Escorte, service assurée en 1948, par la Compagnie républicaine de sécurité CRS n°1,
pour la sécurité de Pierre Laval, est créé par René Bousquet le GSP (Groupe Spécial de Protection) unité de 247 personnes dissoute en août 1944.

Aux termes d'un arrêté du 19 octobre 1994 sous l'impulsion du ministre de l'Intérieur Charles Pasqua, le service prend l'appellation de « service de protection des hautes personnalités » (SPHP).

En juin 2010, un rapport de la Cour des comptes mentionnait notamment, parmi les personnalités bénéficiant d'une protection du SPHP, les anciens premiers ministres Dominique de Villepin et Jean-Pierre Raffarin, les anciens ministres de l'intérieur Pierre Joxe, Jean-Pierre Chevènement et Charles Pasqua, les anciennes premières dames Danielle Mitterrand et Bernadette Chirac, les anciens candidats à l'élection présidentielle de 2007 François Bayrou et Ségolène Royal, l'ancien otage et parlementaire Íngrid Betancourt, l'ancien ministre Michel Charasse ou encore la présidente du MEDEF Laurence Parisot.

En 2013, dans le cadre de la réforme de l'administration centrale des ministères de l'Intérieur et des Outre-mer, le service prend le nom de « Service de la protection » (SDLP) et intègre dans son organigramme le « Service de sécurité du ministère de l'Intérieur » (SSMI) et le « Service central automobile » (SCA).

...

GAHP : Groupe d'Appui Hautes Personnalités

Présentation

Le GAHP ( Groupe d'Appui des Hautes Personnalités) fait maintenant parti de la Sous Direction de l'Appui et Formation.

Ce groupe composé d'une vingtaine d'éléments est dirigé par un commandant.

Ils ont deux missions :

- la protection
- la formation

Missions

- Ils protègent les personnalités étrangères qui viennent en france dont le niveau de menace est le plus élevé. Cela implique donc un dispositif de sécurité important.

- Ils appuient certains groupes de personnalités françaises lors de déplacements à riques (étranger ou France) lorsque ces derniers en font la demande .

- Protections ponctuelles lors de menaces avérées et vérifiées par service de renseignement.

Formation

- Sont en charge de la formation initiale avec la cellule formation du SDLP.
- Sont en charge de formations en France des autres services de police français ou étranger en matière de protection.
- Sont en charge des formations des unités de protections à l'étranger: Afghanistan, Pakistan, Emirats, Continent Africain et Europeen.
- Echange avec d'autres services français dans tous les domaines policiers et teste les nouveaux matériels auprès des fournisseurs en vu de les mettre à l'épreuve de façon opérationnelle.

Recrutement

Ils recrutent seulement au sein des différentes directions du SDLP en organisant des tests spécifiques visant à évaluer les capacités physiques, morales et de cohésion de chaque postulant.
Tests: Endurance, resistance, tir, piscine, combat, entretien, techniques de protection.

Site non officiel