.
.
.
.
.
.
.

Recrutement


Le plus important avant même de vouloir rentrer au RAID, c'est d'être Policier

¤ Lisez notre dossier complet sur la sélection ici

Propos d'un membre du RAID

" Lorsque l'on veut rentrer au RAID, on entend dire : ça va être dur, ça va être très dur ... Donc on nage , on court, on s'entraîne au tir, à l'escalade et puis en fin de compte il y a toujours la petite surprise. Parce que les instructeurs qui font passer les tests tentent toujours d'intégrer une nouvelle épreuve, un nouvel élément - claustrophobie, stress ... - et on s'est préparé à beaucoup de choses, mais on ne se prépare jamais à tout. "

Test communs pour l'habilitaion "Intervention"

Tous les ans, des messages d'appel à  volontaires sont envoyés dans les commissariats de police pour annoncer que la FIPN (Force d'Intervention de la Police Nationale) recrute des hommes pour compléter ses rangs.

Les tests de sélection du RAID et de ses antennes sont
communs.

Les fonctionnaires actifs de police habilités sont recrutés à l'issue d'une première sélection sur dossier puis d'épreuves de sélection dont le contenu est défini par une instruction du directeur général de la police nationale prise sur la proposition du chef du RAID.



Ne peuvent se présenter aux épreuves de sélection que les fonctionnaires dont l'âge, au 31 décembre de l'année de constitution de la liste de candidats admissibles, est inférieur :

- à 35 ans pour le corps d'encadrement et d'application (gardien de la paix)
- à 38 ans pour le corps de commandement (officier)

Les fonctionnaires de police qui satisfont à ces épreuves sont inscrits pour deux ans sur une liste de candidats admissibles. Ils peuvent alors être affectés en fonction des besoins opérationnels et sous réserve de conserver les aptitudes requises.

Les fonctionnaires actifs de police sont affectés pour cinq ans.

Cette affectation peut être renouvelée deux fois sur décision du chef de service, prise après avis d'une commission composée de cadres de l'unité et qui se prononce, lors de la dernière année de l'affectation, à partir de la manière de servir du fonctionnaire et des aptitudes constatées en service.

A l'issue d'une période probatoire de six mois à compter de la fin d'un cycle de formation initiale obligatoire, les fonctionnaires actifs de police ayant une ancienneté d'au moins trois ans et affectés au RAID peuvent être habilités par leur chef de service à des missions particulières. Le niveau d'habilitation détermine la nature des missions qui peuvent être confiées au fonctionnaire intéressé.

L'unité du RAID étant une unité d'élite, elle doit compter dans ses rangs des hommes très sûrs d'eux et possédant une excellente condition physique, pour résister aux pires situations. Lors de la création du RAID, l'axe majeur a été de créer une unité mixte, capable de répondre à toutes les missions possibles.

Le policier du RAID est à la base un policier comme les autres : il se démarque de ses collègues par ses actions très différentes des services classiques, cependant il peut aussi effectuer des tâches plus "banales" pendant les périodes de filature par exemple.

Les évènements exceptionnels auquels il peut être confronté le place parfois en véritable situation de survie et ses gestes à ce moment précis ne doivent pas faillir, car la réussite même de la mission est sur ses épaules. Une certaine réputation d'efficacité est attribuée au RAID à travers le monde et l'unité forme fréquemment des groupes étrangers.

De très nombreux policiers s'identifient au RAID avant de passer les tests, mais il faut savoir que les candidats qui passent ces épreuves ont déjà fait leurs preuves dans leurs services respectifs. Le plus souvent, ce sont leurs chefs principaux qui leur conseillent le concours du fait de leurs excellentes capacités physiques et morales.

Une section spéciale du RAID est chargée de recruter et de former les "nouveaux". L'esprit de groupe, la cohésion entre les membres et l'audace sont des critères indispensables pour intégrer cette unité. Les hommes du RAID vivent plus sur leur lieu de travail que chez eux, par conséquent l'entente entre les membres est indispensable.

Voilà comment s'est déroulé le recrutement des 80 premiers hommes du RAID. 1200 policiers ont postulé pour les postes libres car nombre d'entre eux voulaient connaître cette face cachée de leur métier. Les premières éliminations se sont faites en fonction des dossiers médicaux et des entretiens face aux psychologues. Une fois cette première partie passée avec succès, les formateurs firent passer les tests physiques. De nos jours, il y a 180 policiers en moyenne dans l'unité nationale basé à Bièvres.

Une Semaine de Test à l'Ecole de Police de Saint-Malo

. Epreuve physique

. Epreuve d'habilité et de maîtrise de soi : les policiers sont placés dans des conditions très défavorables à la concentration. Ils doivent traverser un tunnel rempli de pièges pendant que les formateurs tire à moins de 20 cm de leur tête avec un revolver à blanc. Des haut-parleurs leur crachent des décibels dans les oreilles (les policiers sont alors équipés d'un gilet de mordant et d'un casque). Le tunnel étant totalement noir, ils ne peuvent rien voir et doivent se diriger uniquement grâce au toucher. Des chiens sont aussi lâchés pour faire chuter ou désorienter les prétendants à l'unité.

En intervention, ce sont les qualités physiques mais surtout mentales qui feront la différence.

. Epreuve de tir et de sport de combat : les policiers passent d'arme en arme et doivent faire mouche à chaque tir. Les calibres changent au fur et à mesure que l'épreuve avance, allant du 9mm parabellum jusqu'au calibre 12. Il y a déjà eu des épreuves type "ball-trap" lors de sélections.

Une fois les tests passés et réussis, les policiers ne portent pas encore l'écusson du RAID. Ils doivent encore faire leurs preuves, c'est pour cela qu'ils suivent une préformation éliminatoire. L'extrême difficulté des tests permet de"mélanger" les anciens et les nouveaux de l'unité, cela garantit une efficacité optimum.

Pour terminer cette présentation, un membre du RAID est un homme serin et qui sait gérer son mental en toutes situations, il est aussi au maximum de sa force physique et surtout c'est un homme qui respecte la vie humaine et n'agit pas en égoïste, qui réfléchit comme une entité.

. Tout le personnel du RAID passe des tests triennaux pour savoir s’ils ont toujours le niveau requis.

Message initial de la création du RAID (1985)

« La direction de la police nationale vous informe de la création d'une unité spécifique compétente sur tout le territoire, destinée à combattre les actes de terrorisme et de grand banditisme (prise d'otages, arrestations difficiles) et employée à des missions d'assistance aux services spécialisés dans le domaine de lutte antiterroriste. Elle nécessitera le recrutement d'un commissaire divisionnaire, 2 commissaires de police, 1 officier de paix, 20 inspecteurs de police ou enquêteurs, 48 gradés et gardiens, 1 secrétaire administratif, 1 commis, 1 dactylographe.

Les candidats devront faire parvenir leur demande par voie télégraphique avant le 1er mai 1985, à la direction générale de la police nationale, direction du personnel.

Ils devront préciser dans leur curriculum vitae leurs spécialités sportives (sport de combat et tir) ainsi que leurs connaissances techniques (audiovisuel, photo, radio, armement, gaz et explosif.)

Possibilité d'hébergement pour les fonctionnaires célibataires, au siège du service, savoir Bièvres, près de Paris.»

Site non officiel