.
.
.
.
.
.
.

Pool Cynophile

Depuis 1900, M. Lépine a inséré des chiens dans la police nationale. Cela n'est pas tout récent ! Le Berger belge malinois était déjà à cette époque l'un des chiens privilégiés des unités cynophiles.

Le RAID a intégré depuis sa création des chiens dans l'unité, chiens qui sont amenés à résoudre tous types de situations. Cest un peu le combattant parfait : le Malinois n'a peur de rien, il est très rapide et obéit très rapidement aux ordres. Un seul geste ou un son permet au chien de comprendre que l'action est proche. Il sera prêt à heure dite. Tous les entraînements sont difficiles pour le chien. Une entête parfaite entre maître et animal doit exister pour la réussite totale des missions.

Le plus dur lors du dressage est de créer un lien fort entre le maître et le chien. Gérer les deux caractères et réussir à les regrouper. Une sorte de connivence doit s'établir entre maître et chien, car en mission, le plus souvent, le maître ne peut pas parler, donc le chien doit être assez intelligent pour comprendre un geste et réagir vite à l'ordre correspondant. C'est pour cela que les entraînements sont quotidiens et difficiles, car si à l'entraînement on ne donne que 60% de soi, en intervention, l'homme et l'animal seront vite dépassés par les évènements, si l'on donne 120% de soi à l'entraînement, en intervention le binôme sera mieux préparé.

Le Malinois est un chien puissant car ayant une masse musculaire très importante pour son poids. Chez cet animal tout n'est que rapidité, malice et force.

Fiche sur le Malinois

Nom : Berger Belge Malinois
Surnom : Malinois
Nom d'origine : Mechelaar
Origine : Belgique
Aptitudes particulières: Chien de compagnie, de garde/défense, de berger, de sauvetage montagne, militaire, policier/pistage, très agile.

Espérance de vie : moyenne
Taille mâle : 58.0 cm à 66.0 cm
Taille femelle : 54.0 cm à 62.0 cm

Poids mâle : 25.0 kg à 30.0 kg
Poids femelle : 25.0 kg à 30.0 kg

Les autres qualités de ce chien : son affection pour son maître, son endurance, sa petite taille (un avantage pour se faufiler).

Missions

. Recherche d'explosifs.
. Groupe de chiens d'attaque/défense.
. Protection avec leur maître de hautes personnalités.

Recrutement

Ces chiens peuvent venir de la "vie civile" : des personnes ayant des malinois et les trouvant trop nerveux veulent malheureusement s'en séparer. C'est à ce moment que des hommes du RAID ainsi que des vétérinaires font passer des tests de sélection aux chiens. Les meilleurs seront retenus et ensuite formés, par exemple avec l'aide du 132ème groupement cynophile de l'Armée de Terre.

Leur entraînement et leur formation se déroulent à coté de ceux du RAID pour qu'ils s'habituent aux hommes cagoulés qui peuvent, pour les chiens, au premier abord paraître menaçants. Ensuite vient une longue démarche qui vise à déterminer si le chien va pouvoir s'insérer dans l'unité, s'il est assez calme dans l'approche et assez rapide pendant l'attaque.

Les mises en situation sont les meilleurs moyens de voir la réaction d'un chien face à un danger, les bruit des armes et des détonations ne doivent pas faire bouger l'animal sinon il risquerait d'être exclut de l'unité. Ensuite le maître et son chien sont amenés à réaliser des sauts en parachutes ou des descentes en rappel.

Le chien d'intervention s'entraîne lui sur des volontaires du RAID qui ont d'abord enfilé leurs tenues molletonnées "de mordant". Le chien doit immobiliser le suspect pendant un moment assez long pour que les hommes du RAID le rejoignent et passent les menottes au suspect.

La réussite d'un couple chien-conducteur se fait à la suite d'un long entraînement et dès le début une amitié entre le maître et l'animal naît rapidement. Le plus souvent, l'usage de la rapidité du chien permet la réussite des missions, même si les missions les plus fréquentes sont les repérages de bâtiments (cours de justice par exemple avant un grand procès) ou la protection rapprochée de dignitaires ou du Président de la République.

Recherche d'explosifs

Les chiens spécialisés en recherche d'explosifs doivent améliorer leur odorat tous les jours, leur maître préfère travailler sur peu de substances explosives mais il demande au chien de les reconnaître très rapidement. Le chien est capable de trouver de quelques grammes jusqu'à plusieurs kilos d'explosifs, la quantité ne change en rien sa recherche.

"Apache" est un jeune berger malinois au RAID. Sa spécialité, comme huit autres animaux, détecter les explosifs. Son odorat ultra-entraîné lui permet de déceler l'odeur de 83 explosifs ou substances explosives.

"Un chien policier classique peut en détecter maximum sept ou huit", prévient le patron des maîtres-chiens du RAID. Dix hommes qui passent 365 jours par an avec leur animal, entre entraînement et missions.

"Nos chiens sont capables de descendre en rappel. Les pattes dans le vide ne sont pas leurs trucs mais bien entraînés, ils se laissent faire."

Devant nous, "Apache" n'a pas mis 2 minutes à découvrir le petit sachet de dynamite caché quelques minutes plus tôt par une main "innocente" sous une voiture. Il s'est couché pour signaler le problème.

"L'explosif aurait été dissimulé plus haut, il se serait assis. En revanche, jamais il ne gratte. Trop dangereux", explique son maître. Sa récompense ? Mordre un boudin ce qui visiblement le réjouit au plus haut point.

"Ces chiens adorent mordre. On évite tout ce qui est gâteau ou autre sucrerie. C'est très mauvais pour leur système digestif", explique un maître-chien.

Ces spécialistes des explosifs interviennent notamment dans la sécurité du Président de la République. Erreur interdite. Lors d'une visite du président au Liban, un chien du RAID a découvert une cache d'arme, avec explosif, dans un bâtiment officiel ! " Derrière un mur en carton. Apparemment, tout le monde l'avait oublié ", sourit un policier.

Autre anecdote, qui a donné de vraies sueurs froides aux maîtres-chiens du RAID, l'inspection de la voiture du Président. C'était dans la Creuse du temps de Nicolas Sarkozy. " Du classique de chez classique ", raconte un maître-chien. Sauf que ce jour-là, le chien marque une première fois une roue de la Citroën C6 du Président. Le policier regarde, ne voit rien, recommence son tour. "Le chien marque à nouveau", raconte un homme du RAID. Inquiétude des policiers qui appellent un deuxième animal (les inspections se font toujours à deux) qui, comme son compère, marque au même endroit.

" Là les gouttes de sueur coulaient vraiment ", rigolent les maîtres-chiens. Immédiatement la voiture est mise de côté, remplacée et envoyée à Paris pour inspection sur un camion-plateau. " Tout a été démonté, analysé. La conclusion ? Sur une route de campagne, la roue avait dû passer sur un bout de champ qui venait de recevoir des engrais. Du nitrate qui sert aussi dans la confection des bombes artisanales ", sourit le maître-chien.

Le Président Sarkozy n'en a jamais rien su.

Site non officiel