.
.
.
.
.
.
.

BAC : Brigade Anticriminalité


Présentation

La brigade anti-criminalité, aussi connue sous l'acronyme « BAC », est un service de la police nationale française, créé en 1994 au niveau national, appartenant à la Direction centrale de la sécurité publique.

Les policiers des différentes BAC de France, peuvent assurer leurs missions en civil ou le moins souvent en uniforme. Ils exercent dans les différentes directions départementales de sécurité publique (DDSP) et sont également répartis par circonscriptions de sécurité publique (CSP, une ou plusieurs communes). Ces policiers circulent généralement en voitures banalisées. Les policiers de la BAC sont spécialisés dans les interventions en milieux sensibles, notamment dans les zones de sécurité prioritaires. Les membres de ces BAC, ont fait quatre ans de police nationale avant d'intégrer une de ces unités.

Les membres de la BAC possèdent au moins le grade gardien de la paix. Ils peuvent également être des gradés de la Police Nationale (brigadier de Police, brigadier-chef de Police, brigadier-major de Police) faisant partie du Corps d'encadrement et d'application. Ils possèdent par ailleurs une habilitation nationale « BAC ». Depuis sa création, neuf officiers de la BAC ont été tués et quatre ont été grièvement blessés.

Histoire

Les premières BAC départementales ont été créés en 1971 dans les départements de Paris et de Seine-Saint-Denis. En fonction des événements, chacune de ces brigades départementales s'organisent en patrouilles légères ou en unités constituées.

Au cours des années 1970, les Brigades de Sécurité de Nuit (BSN) ont notamment cédé la place à des BAC locales dans de nombreuses circonscriptions de sécurité publique de la banlieue parisienne.

La BAC de Nuit de Paris (bac 75N) fut créée en novembre 1993, issue des six Brigades Mobiles d'Arrondissement de Nuit (BMAN), avec pour objectif de lutter plus efficacement contre la délinquance. Opérant de 22h30 à 6h30 du matin, deux cents policiers en tenue étaient en poste et pouvaient être regroupés très rapidement afin de faire face aux situations de trouble de l'ordre public sur l'ensemble de la Capitale.

En 1994 puis 1996, les BAC de nuit et BAC de jour ont respectivement été généralisées sur l'ensemble de France, sous l'impulsion de Charles Pasqua alors ministre de l'Intérieur.

Avec la suppression de la police de proximité en 2003 par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, les policiers de la BAC sont devenues l'un des principaux visages de la police en zones urbaines sensibles (ZUS).

Structure / Fonctionnement

Il existe différents types de BAC :

- BAC locale : elle est répartie par circonscription de sécurité publique (CSP), patrouillant sur une ou plusieurs communes, voir sur un arrondissement tel que les BAC d'arrondissement à Paris.

- BAC départementale : répartie par direction départementale de sécurité publique (DDSP) ou la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), elle a pour compétence la totalité du département qui lui incombe, à l'exclusion des zones attribuées à la gendarmerie.

Les fonctionnaires de police des BAC locales travaillent majoritairement en civil, au contraire de ceux de certaines BAC départementales (BAC 75N, BAC 93N, BAC D91, etc).

Le cycle et les horaires de travail sont adaptés aux évolutions de la délinquance, analysée quotidiennement à l'aide de la cartographie informatisée. Elle essaye de traiter en priorité les flagrants délits. Selon leur localisation, la BAC peut être utilisée comme un groupe d'intervention si aucun autre groupe n'est disponible ou trop loin en termes de distance tel qu'en province.

Formation

Les hommes de la BAC reçoivent une formation continue. Les policiers sont tous volontaires, et passent des tests psychologiques. Ils doivent avoir une bonne connaissance policière et maîtriser les éléments de procédure pénale.

Pour intégrer les brigades anti-criminalité, il faut avoir réussi le concours de gardien de la paix.

Au bout d'un minimum de deux ans d'ancienneté (théorique), le policier peut passer les épreuves afin de passer l'habilitation BAC, deux fois par an un télégramme arrive dans les divers commissariats afin de recenser les fonctionnaires volontaires pour passer les épreuves sanctionnant l'obtention de l'habilitation. Une fois habilité BAC, le fonctionnaire peut rejoindre plus facilement une BAC mais ce n'est pas une obligation pour autant.

Les policiers restent à la brigade anti-criminalité un maximum de neuf ans, en trois périodes de trois ans chacune soumise à un test de recyclage. La réalité veut qu'un fonctionnaire de Police exerçant en Brigade Anti-Criminalité, peut y rester jusqu'en fin de carrière s'il le souhaite.

Les épreuves d'habilitation de la BAC sont centrées sur deux ateliers d'auto-défense notés sur 20 : mise en situation de coups frappés et combat au sol :

Mise en situation : sur deux minutes, les candidats sont notés suivant une grille d'évaluation, les techniques employées par les candidats sont celles décrites dans le manuel. Une minute de récupération est accordée avant de procéder à l'épreuve de combat au sol.

Combat au sol : les deux candidats se présentent à genoux, face à face. Ils devront tenter d'immobiliser leur adversaire sur le dos. L'immobilisation doit être maintenue 10 secondes pour être validée. Il est interdit de se mettre debout, d'utiliser des clés et étranglements.

Elles comprennent également une épreuve de tests psychotechniques, la rédaction d'un procès-verbal et le passage devant un jury composé de quatre personnes dont au moins un psychologue.

Armement / Equipement

Les effectifs des différentes BAC possèdent le matériel habituel de la Police Nationale ainsi que du matériel spécifique aux différentes missions BAC. Cet équipement comprend :

- Pistolet semi-automatique de marque Sig-Sauer SP 2022
- Tonfa (BPL) ou bâton télescopique (BTD)
- Menottes administratives

Armement collectif

- Bouclier Ballistique souple
Fusil d'assaut HK G36 KP2
- Fusil à pompe de marque Remington 870 calibre 12
- Pistolet mitrailleur de marque Beretta M12
- Lanceur de balle de défense de marque Flash-Ball ou « LBD40 » avec visée holographique
- Pistolet à impulsion électrique (PIE) de marque Taser modèle X26
- Casque de maintien de l'ordre
- Bouclier antiémeute
- Gaz lacrymogène MP7
- Grenade de désencerclement
- Aérosol de défense individuel type gaz/gel composé de CS/poivre
- Gilet tactique pour l'emport de munitions pour Flash-Ball et grenades pour les effectifs en tenue
- Gilet tactique avec « holster », étui à menottes, bâton (possible pour les effectifs civils)

Localisation des BAC D

BAC 13 Marseille
BAC 27 Évreux
BAC 33 Bordeaux
BAC 35 Rennes
BAC 38 Grenoble
BAC 42 Saint-Étienne
BAC 47 Agen
BAC 54 Nancy
BAC 59 Lille
BAC 60 Beauvais
BAC 61 Alençon
BAC 69 Lyon
BAC 75N Paris
BAC 77 Meaux et sud Vaux-le-Penil
BAC 78 Viroflay
BAC 91 Évry
BAC 92 Nanterre
BAC 93 et BAC 93N Bobigny
BAC 94 Créteil
BAC 95 Cergy
BAC 31 Toulouse
BAC 11 Carcassonne
BAC 63 Randan
BAC 67 Strasbourg

Véhicules

Certains de ces véhicules puissants nécessitent une habilitation appelée conduite spécialisée. Cette formation est dispensée par le service central automobile (ou école de conduite spécialisée) de la Police Nationale avec des policiers ayant un niveau de pilote automobile confirmé. La formation est sanctionnée par un examen qui se déroule à Abbeville, dans la Somme. Les véhicules type Mondéo, Laguna, C5 ou 508 ont une motorisation d'au moins 150 chevaux et nécessitent une telle habilitation.

Insignes

Chaque brigade adopte un insigne, généralement animalier, on trouve quelques fauves, des cobras, des aigles (pygargue à tête blanche) et beaucoup d'araignées sur leur toile, parfois des chauve-souris. Tonfas ou menottes en sautoir complètent l'iconographie. Il existe « probablement » entre toutes les brigades « une sorte de concurrence à produire les iconographies les plus originales ».

Site non officiel