.
.
.
.
.
.
.

Chronique des actes terroristes d'Action Directe


Action Directe (A.D) Organisation terroriste d'extrême gauche, fondée en 1979 par, entre autres, des membres émanant du G.A.R.I. Action Directe était dirigée par Jean-Marc Rouillan, Nathalie Ménignon, Maria Pilar Arago. Ce mouvement entretenait des connexions avec la Rote Armee Fraktion (Allemagne), les Cellules Communistes Combattantes (Belgique), les Brigades Rouges (Italie), Prima Linea (Italie) et les F.A.R.L. libanaises.


---

FRANCE 05/02/80 : Action Directe échoue dans une tentative d'attentat à la bombe visant la Direction Régionale du Travail et de la Main-d'oeuvre, à Paris.

FRANCE 10/02/80 : Action Directe fait exploser une bombe contre les bureaux d'une société immobilière, à Paris.

FRANCE 11/02/80 : Action Directe commet un attentat à la bombe contre les bureaux du Semirep, à Paris.

FRANCE 16/03/80 : Une bombe, posée par Action Directe, explose contre les bureaux de la D.S.T., Rue Rembrant, à Paris.

FRANCE 18/03/80 : Un commando d'Action Directe mitraille le Ministère de la Coopération, à Paris.

FRANCE 28/03/80 : Une bombe posée par Action Directe explose contre des locaux du G.I.G.N., à Maison-Alfort.

FRANCE 09/04/80 : Les installations informatiques des sociétés Honey Bull et Philips, à Toulouse, sont sabotées. Ce fait est revendiqué par Action Directe, ainsi que par un mouvement inconnu se faisant appeler le Clodo.

FRANCE 15/04/80 : Une bombe, posée par Action Directe, explose contre les bureaux du Service d'information routière du Ministère des Transports, Rue Raymond-Losserand, à Paris. Un autre commando d'Action Directe tire une roquette antichar contre le quatrième étage d'un immeuble, Rue Marceau, dans le Paris VXIème, endommageant les bureaux de la maison d'édition Hachette. Cependant, il est probable que ce soit le Ministère des Transports qui était visé, celui-ci ayant des bureaux au cinquième étage du même immeuble. Une seconde roquette antichar est tirée contre des bureaux du Ministère des Transports, Avenue du Président Kennedy (Paris).

FRANCE 12/06/80 : Action Directe commet un attentat à la bombe contre la consigne de l'aéroport d'Orly, blessant huit personnes.

FRANCE 05/08/80 : Un commando d'Action Directe attaque la mairie de Paris XIVème et y vole des tampons officiels, des cartes d'identité et des passeports.

FRANCE 28/08/80 : Un commando d'Action Directe commet un hold-up contre une agence du Crédit Lyonnais, avenue du Bosquet, dans le Paris VIIème.

FRANCE 13/09/80 : Jean-Marc Rouillan et Nathalie Ménignon, dirigeants d'Action Directe, sont arrêté, à Paris, à la suite d'une fusillade avec la police, Rue Pergolèse.

FRANCE 19/09/80 : Un commando de quatre membres d'Action Directe ouvre le feu au fusil et au pistolet-mitrailleur contre le bâtiment de l'Ecole militaire, à Paris. Pas de victime.

FRANCE 23/09/80 : La police arrête, à Rochebesse, Marie-Thérèse Merlhiot, Jean-Pierre Bolognini et Bruno Daribert, soupçonnés d'appartenir à Action Directe. De plus, mille deux cent cinquante kilos d'explosifs, ainsi que sept armes à feu sont saisies. Marie-Thérèse Merlhiot et Jean-Pierre Bolognini seront remis en liberté dans le courant du mois d'octobre.

FRANCE 29/10/80 : Un commando d'Action Directe attaque une agence de la Banque Nationale de Paris, à Caluire.

FRANCE 20/01/83 : Un commando, se faisant appeler Groupe Bakounine-Gdansk-Paris-Guatemala-Salvador, mène une attaque, à Paris, contre le bâtiment qui abrite l'Association pour le développement et la diffusion d'informations militaires. Pas de victime. Il est possible qu'Action Directe soit cachée derrière ce groupe.

FRANCE 07/02/83 : Joëlle Aubron, membre d'Action Directe, est condamnée à quatre années de prison, dont deux assorties de sursis, alors que Mohand Hamani est acquitté.

FRANCE 31/05/83 : Le même jour, les agents de police Emile Gondry et Claude Catola sont tués, Rue Trudaine, à Paris, suite à une fusillade qui les a opposés à plusieurs membres d'Action Directe, dont une femme. Un troisième agent, Guy Ade, est quant à lui blessé. La femme du groupe est une italienne, membre des Communistes Organisés pour la Libération Prolétarienne, qui sera arrêtée, en 1984, dans son pays, et condamnée à vingt années de prison pour de nombreux actes terroristes. Les autres membres du commando étaient Claude Halfen, Nicolas Halfen, Régis Schleicher et Mohand Hamani.

FRANCE 29/07/83 : Un commando d'Action Directe attaque une banque, à Saint-Etienne. Un client est blessé d'une balle dans le ventre.

FRANCE 30/07/83 : Un commando d'Action Directe commet un hold-up contre la Bijouterie Aldebert, à Paris.

FRANCE 29/09/83 : Action Directe commet un attentat à la bombe contre le Cercle militaire Interallié, à Paris. Pas de victime.

FRANCE 30/09/83 : Une bombe explose, au Palais des congrès de Marseille, près des pavillons américain, soviétique et algérien, ce, au cours d'une foire commerciale internationale. Cet attentat, qui a fait un mort et vingt-six blessés, est revendiqué par Action Directe, par les F.A.R.L., ainsi que par le Groupe Orly/Asala.

FRANCE 13/10/83 : Un commando d'Action Directe commet un hold-up, Place des Ternes, à Paris, contre une agence de la Société Générale.

FRANCE 14/10/83 : Le terroriste d'Action Directe, Ciro Rizzato est tué, à Paris, suite à une fusillade qui l'oppose à la police. Deux agents sont quant à eux blessés.

FRANCE 29/01/84 : Action Directe commet un attentat à la bombe contre les locaux de la société d'armement Panhard-Levassor, à Paris. Pas de victime.

FRANCE 27/03/84 : Un commando d'Action Directe attaque une agence de la B.N.P., à Lyon. Dans cette agence, le général de gendarmerie Guy Delfosse est abattu de cinq balles tirées à bout portant.

FRANCE 10/07/84 : L'Unité Combattante Ciro Rizzato d'Action Directe fait exploser une bombe, à Paris, devant le bâtiment de l'Institut Atlantique des Affaires Internationales. Pas de victime.

FRANCE 13/07/84 : L'Unité Combattante Benchellal d'Action Directe commet un attentat à la bombe, Rue Crillon, à Paris, contre des locaux du Ministère de l'Industrie. Aucune victime n'est rapportée.

FRANCE 02/08/84 : L'Unité Combattante Ciro Rizzato d'Action Directe fait exploser une bombe contre les bureaux de l'Agence Spatiale Européennen à Paris, blessant six personnes.

FRANCE 23/08/84 : Un appel téléphonique d'Action Directe averti l'Agence France Presse et la police qu'une voiture piégée a été placée devant le bâtiment de l'Union de l'Europe Occidentale, à Paris. Cependant, la voiture, qui avait été piégée par vingt-trois kilos d'explosifs, ne sautera pas, suite à une défaillance du système de mise à feu.

FRANCE 28/08/84 : Paris. Une bombe, posée par Action Directe, explose devant le Ministère de la Défense, Boulevard Saint-Germain. Pas de victime. La même organisation commet un autre attentat à la bombe, contre le siège du Parti socialiste, Rue Solferino. Aucune victime n'est rapportée pour ce second attentat non plus.

FRANCE 20/10/84 : L'Unité Combattante Farid d'Action Directe fait exploser une bombe, à Montrouge, contre les bureaux de la société Messier-Hispano-Bugatti, blessant trois personnes.

FRANCE 21/10/84 : Action Directe commet un attentat à la bombe contre des bureaux de la société Marcel Dassault, à Saint-Cloud. Pas de victime.

FRANCE 25/01/85 : Le Commando Elizabeth Van Dyck, agissant pour Action Directe et la Fraction Armée Rouge, assassine, devant sa résidence de Saint-Cloud, le général René Audran, ingénieur en chef de l'Armement et Directeur des affaires internationales au Ministère de la Défense. Action Directe et la Fraction Armée Rouge annoncent, dans leur communiqué de revendication, leur fusion.

FRANCE 13/04/85 : L'Unité Combattante Sara Mheidli, d'Action Directe, commet un attentat à la bombe, Boulevard des Italiens, à Paris, contre la banque israélienne Leumi. Pas de victime. La même "unité" fait exploser une seconde bombe, Rue de la Procession (Paris), contre les bureaux de l'Office National d'Immigration.

FRANCE 14/04/85 : Paris. Action Directe commet un attentat à la bombe, Avenue Marceau, contre les locaux du périodique Minute. Pas de victime.

FRANCE 27/04/85 : L'Unité Combattante Benchellal d'Action Directe commet un attentat à la bombe, Avenue d'Iéna, à Paris, contre les bureaux du Fond Monétaire International. Pas de victime.

FRANCE 30/04/85 : L'Unité Combattante Ciro Rizzato, d'Action Directe, fait exploser une bombe, Rue Cantagrel, à Paris, contre les locaux de la société de télécommunications S.A.T. Pas de victime. La même "unité" fait exploser une seconde bombe, toujours à Paris, contre la société de télécommunications T.R.T., blessant une personne.

FRANCE 26/06/85 : Un commando ouvre le feu, à Paris, vers Henri Blandin, contrôleur général des armements, mais le manque. Cette tentative d'assassinat est revendiquée par l'Unité Combattante Lo Muscio d'Action Directe.

R.F.A. 08/08/85 : Une voiture piégée explose, devant la base aérienne américaine de Wiesbaden, tuant deux personnes et en blessant vingt autres. L'attentat est revendiqué par le Commando George Jackson de la Fraction Armée Rouge/Action Directe.

BELGIQUE 23/08/85 : La gendarmerie saisit, dans une cache des Cellules Communistes Combattantes, rue des Cottages, à Bruxelles, deux fusils de guerre F.A.L., une mitraillette Sten, trois pistolets ainsi que des faux papiers. De plus, fait important, des empreintes de personnes appartenant à Action Directe sont trouvées dans l'appartement; ce qui souligne les liens entre A.D. et les C.C.C.

FRANCE 05/09/85 : Action Directe commet des attentats à la bombe, à Paris, contre la société Spies-Batignolles, située dans la Tour Winterthur, contre la firme Renault, la société Pechiney et l'A.T.I.C. Une personne est blessée à l'A.T.I.C.

FRANCE OCTOBRE 1985 : Action Directe commet des attentats à la bombe, à Paris, contre les locaux de la chaîne de télévision Antenne 2, contre les bureaux de la Haute Autorité de l'Audiovisuel, et contre les studios de Radio France.

FRANCE 15/03/86 : Deux membres d'Action Directe échouent dans une tentative d'assassinat visant Guy Brana, vice-président du C.N.P.F. L'attaque a eut lieu devant sa résidence, à " le Vesinet" (Yvelines).

FRANCE 28/03/86 : La police arrête, à Lyon, André Olivier et Bernard Blanc, membres d'Action Directe. Elle saisira également trois revolvers, un pistolet et un pistolet-mitrailleur. Le même jour, le Front National de Libération de la Corse commet treize attentats à la bombe contre des bureaux du gouvernement et des banques. Pas de victime.

FRANCE 29/03/86 : La police arrête, à Lyon, Joëlle Crepet, membre d'Action Directe, et saisi un fusil, ainsi que quatre pistolets.

FRANCE 16/05/86 : Un commando d'Action Directe ouvre le feu, à Paris, sur le bâtiment qui abrite le siège d'Interpol, blessant un policier affecté à la surveillance de l'immeuble. Ensuite, les terroristes font exploser deux bombes qui endommagent les lieux.

FRANCE 06/07/86 : Des locaux, abritant du matériel informatique de la firme Thomson, situés au 105 de la Rue de Castagnary (Paris XVème), sont endommagés par une bombe posée par Action Directe. L'organisation extrémiste fait encore exploser une voiture piégée contre les bureaux de la société L'Air Liquide, au 75, Quai d'Orsay (Paris VIIème). Dans sa revendication, Action Directe accuse ces deux sociétés de traiter avec l'Afrique du Sud. Pas de victime.

FRANCE 09/07/86 : Une bombe explose, Quai de Gesvres, à Paris, contre le siège de la Brigade de Répression du Banditisme (B.R.B.), tuant l'inspecteur divisionnaire Marcel Basdevant et blessant vingt autres personnes. L'attentat est revendiqué par Action Directe, sous le nom de Commando Loïc Lefèbvre, du nom d'un jeune homme abattu quelques jours avant au cours d'une fusillade avec la police, rue de la Victoire, à Paris.

FRANCE 21/07/86 : Action Directe fait exploser une voiture piégée, Rue Franqueville (Paris VXIème), contre le siège de l'O.C.D.E. Pas de victime.

FRANCE 01/11/86 : Deux bombes, posées par Action Directe, explosent, à Paris, l'une contre les bureaux de la compagnie aérienne Minerve, au 4 de la Rue Cambon, et, l'autre, contre des locaux de la section parisienne de l'Office National de l'Immigration. Dans leur revendication, les terroristes annoncent avoir agi en signe de représailles contre "la politique injuste du gouvernement à l'égard des immigrés".

FRANCE 11/11/86 : Action Directe commet un attentat à la bombe, à Paris, contre le siège administratif de la firme automobile Peugeot (Rue de la grande Armée) et, deux autres, aux Tours Total du quartier de la Défense, contre une société pétrolière et contre la firme Pechiney-Ugine-Külhmann. Aucune victime n'est rapportée

FRANCE 17/11/86 : Georges Besse, Directeur général de la régie Renault, est assassiné, à Paris, par un commando d'Action Directe.

FRANCE 15/12/86 : Une bombe explose contre la voiture du Garde des Sceaux, Alain Peyrefitte. Celui-ci n'est pas atteint; toutefois, son chauffeur est tué. L'attentat est revendiqué par Action Directe.

FRANCE 21/02/87 : AD est définitivement décapitée lors que les policiers du RAID interpellent Jean-Marc Rouillan, Nathalie Ménigon, Joëlle Aubron et Georges Cipriani dans une ferme isolée de Vitry-aux-Loges, dans le Loiret. Les quatre militants sont condamnés à la la réclusion criminelle à perpétuité pour les assassinats de René Audran et de Georges Besse. Joëlle Aubron, opérée en mars 2004 d'une tumeur au cerveau, est libérée en juin 2004 pour raison médicale mais décède en mars 2006.

Site non officiel